Journée professionnelle 2017 : compte-rendu

La journée professionnelle de l’APDEN de l’Académie de Toulouse s’est déroulée lundi 6 mars 2017 au lycée Renée Bonnet, à Toulouse.

Au programme :

  • Intervention d’André Tricot, professeur à l’ESPE de l’Université Jean Jaurès et directeur du laboratoire Travail et Cognition au sein du CLLE (Cognition, Langues, Langage, Ergonomie) autour de l’ouvrage Le Document : Communication et Mémoire co-écrit avec Gilles Sahut et Julie Lemarié (De Boeck, 2016).

Le support de présentation : SahutTricot_APDEN

Publicités

Les professeurs documentalistes en colère: supports de communication et de contestation

Vous trouverez ci dessous des supports de communication visant à faire état de la colère des professeurs documentalistes en cette période de rentrée suite à la réforme du collège, et au moment où la circulaire de mission des professeurs documentalistes est discutée.
N’hésitez pas à la diffuser autour de vous, par les canaux de communication qui sont les vôtres.

Une affiche Réagissons produite par l’APDEN Versailles en pdf.

Ci-dessous un strip sur l’EMI réalisé par une collègue de l’académie de Rennes.

unnamed

N’hésitez pas à partager avec nous vos différents supports de contestation.

 

Journée professionnelle de l’ADBEN Midi-Pyrénées le 11 mars 2016

Chers collègues,

L’ADBEN Midi-Pyrénées organise cette année encore une journée professionnelle à destination des professeurs documentalistes de l’académie de Toulouse .

Elle aura lieu le vendredi 11 mars 2016, de 9h à 17h au lycée professionnel Renée Bonnet, à Toulouse (1 allée du Lieutenant Lafay, BP 44374, 31 432 Toulouse Cedex 4).

 

Programme de la journée:

9h- accueil des participants (feuille d’émargement – attestation de présence si nécessaire) Adhésions 2016

9h30- ouverture de la journée avec une présentation de la thématique principale, le programme et les intervenants

10h00-12h00 Conférence d’Olivier le Deuff autour de la problématique suivante :

« La documentation dans le digital : montrer la voie au-delà des modes »

La communication visera à mieux éclairer le présent et les enjeux actuels en distinguant les tendances historiques de la formation à l’information, le rôle de la documentation et l’intérêt à se placer dans une logique davantage durable. Le but sera également de montrer l’importance du concept de documentation et de l’héritage de Paul Otlet qu’il convient de faire fructifier. Une critique d’une approche trop restrictive de l’éducation aux médias et à l’information sera donc effectuée, pour lui préférer une approche plus proche de la translittératie, de la formation aux écritures de soi et des humanités digitales.

 

– …………………………………………………………….

12h15-14h30 Repas au restaurant d’application du lycée (inscription préalable) menu 15 € à régler par chèque au moment du repas

14h30-15h30 Conférence de Gilles Sahut : « Les jeunes et Wikipédia : de l’élève lecteur à l’élève contributeur. »

15h30-17h00 Échanges, discussions relatives à « L‘EMI est-elle une opportunité pour les professeurs documentalistes ? »., la place du prof-doc dans la réforme du collège, application du décret, … assemblée générale de l’Adben (élection du nouveau bureau/projets pour 2016).

Toutes les inscriptions (participation à la journée, inscription au repas, assemblée générale de l’ADBEN) se font à partir d’un framadate dont l’adresse vous a été communiquée via les listes de diffusion départementale.

Pour les non adhérents à l’ADBEN Midi-Pyrénées, une participation pour les frais d’organisation de 5 € sera demandée.

Si vous souhaitez recevoir l’adresse du lien vers le framadate, utilisez le formulaire de contact ci-dessous:

Une information concernant cette journée a été transmise aux secrétariats des collèges et lycées de l’enseignement public et privé de l’académie. La participation a cette journée nécessite une demande d’autorisation d’absence auprès de votre chef d’établissement.

journee academique 2016 programme (fichier odt)

Mise en ligne du site officiel du 10ème congrès de la FADBEN

C’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la mise en ligne du site officiel  du 10ème congrès de la FADBEN, qui se déroulera du vendredi 9 octobre au dimanche 11 octobre 2015 à Limoges. (Cliquer sur l’image pour accéder au site)

site congrès

Vous y trouverez:

– Le formulaire d’inscription

– Le pré-programme

– Une présentation des intervenants

– Des informations pratiques (lieux du congrès, hébergement…)

Concernant le tarif d’inscription, sachez que les adhérents bénéficient d’un tarif avantageux: 75 euros pour les 3 jours du congrès (115 euros pour les non-adhérents). Vous avez de plus la possibilité de personnaliser votre inscription en fonction du nombre de jours souhaités, des options proposées (visite guidée de Limoges, diner de gala etc…)

Pour les professeurs documentalistes de l’académie, vous trouverez le formulaire d’adhésion pour l’année 2015 ICI!

En espérant vous y retrouver nombreux et nombreuses!

Le bureau académique de l’ADBEN Midi-Pyrénées

Compte rendu moral

Tout d’abord je tiens à vous remercier de votre présence pour cette assemblée générale du jeudi 5 février 2015.

Nous remercions également Mme Le Proviseur du lycée Renée Bonnet de nous accueillir pour la première fois dans ses locaux et dans son restaurant d’application.

Je tiens aussi à remercier M. Fau, I.P.R. Vie Scolaire en charge de la Documentation, qui aurait bien aimé pouvoir assister à nos travaux de la matinée, mais qui suite à un report d’inspection se trouve ce jour dans le département de l’Aveyron.

D’autre part, nous accueillons comme depuis de nombreuses années maintenant, des professeurs documentalistes de l’enseignement privé dans le cadre de notre partenariat. Et nous espérons parvenir à co-organiser une prochaine journée académique…

A ce propos, lors du dernier comité directeur des 17 et 18 janvier 2015 à Paris, il a été officialisé un accord-cadre national de partenariat inter-associatif ANDEP-FADBEN. Celui-ci a pour objectif de redynamiser les associations académiques : ainsi en l’absence d’association privée, les professeurs documentalistes auront la possibilité d’adhérer à l’ADBEN académique avec un tarif préférentiel et inversement .

Membres du conseil d’administration présents: Danielle Trouilh, Marie Nallathamby, Sandrine Clavère, Marie-Chantal Marquié, Nadine Munch-Guibbal, Monique Rossignol, Laure Manoukian, Marianne Renaudin

Excusées : Marine Pedoux, Nicole De Nardi, Isabelle Boulet-Martins

Point sur les travaux accomplis par les membres du bureau national tout au long de l’année 2014:

Le curriculum en information-documentation

Les propositions du GRCDI (2010) ont servi de base de travail pour le structurer. (11 chapitres) Vous avez pu suivre sa publication régulière sur le site de la FADBEN dans le contexte de la refondation . Ce travail a aussi été appuyé parAndré Tricot, qui dirige l’un groupe de travail au sein du C.S.P. (Conseil Supérieur des Programmes), et qui a validé la rédaction d’un tableau préparatoire à la progression pédagogique notionnelle.

La publication en ligne a été achevée le 15 décembre 2014. L’ensemble des chapitres de la publication est disponible ici.

Le Wikinotions

92 notions, 209 références; Tous les articles sont écrits pour toutes les notions essentielles; mais tous ne sont pas validés, et il y a un avertissement dans ce cas-là.

44 séquences pédagogiques sont publiées. Il en manque encore beaucoup, n’hésitez pas à faire des propositions , des contributions même incomplètes!

Projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Suite à une rencontre avec le C.S.P. en juin 2014 (cf. article sur le site), une relecture du socle commun en projet sous l’angle des savoirs info-documentaires a été rédigée en septembre 2014. L’ancrage du socle dans la formation civique et citoyenne de l’élève peut être un levier pour nous.

A lire sur le site de la FADBEN: Réflexion sur le projet de Socle Commun. La FADBEN répond à la demande du CSP.

Préparation du 10ème Congrès FADBEN les 9, 10 et 11 Octobre 2015 à Limoges sur le thème « Enseigner-Apprendre l’information-documentation! Approches didactiques et démarches pédagogiques pour développer la culture de l’information des élèves ».

Bilan d’activités au sein de l’ADBEN

-Organisation d’une journée professionnelle académique le 8 avril 2014 au Lycée Hôtelier de l’Occitanie à Toulouse sur le thème de l’identité numérique avec Pierre Julien, Karen Chabriac, et Vassilia Margaria; (co-organisation avec la section académique SNES) 80 à 85 participants

or chute continue des adhésions au total de 48 pour l’année 2014 au lieu de 54 en 2013!

-Mise en place de nouveaux outils de communication avec le blog de l’ADBEN Midi-Pyrénées, et un profil Twitter

Rédaction et envoi d’un courrier à Mme La Rectrice en octobre 2014 suite à la lettre relative au cadrage de la politique documentaire académique pour l’année scolaire 2014/2015, qui faisait référence à par exemple « l’expérimentation de nouveaux modes de collaboration entre C.P.E. et professeurs documentalistes  » qui serait encouragée.

Tous les membres sont sortants. Liste des membres qui se représentent pour le Conseil d’administration 2015:

Danielle Trouilh, Marie Nallathamby, Sandrine Clavère, Marie-Chantal Marquiè, Monique Rossignol, Laure Manoukian, Isabelle Boulet-Martins

Liste des nouvelles candidatures : Marine Pedoux, Marianne Renaudin, Cécile Macary

Le nouveau conseil d’administration est élu à l’unanimité. Voir rubrique « à propos » de ce blog.

Compte tenu du changement d’adresse du siège social situé à présent au domicile de la trésorière, et de changements au niveau des membres du conseil d’administration, une nouvelle déclaration doit être déposée à la Préfecture ou sous-préfecture dont dépend le siège social.

Danièle Trouilh

Journée professionnelle du 5 février 2015 – compte-rendu –

Le 5 février 2015, a eu lieu la journée professionnelle organisée par l’ADBEN Midi-Pyrénées, au lycée professionnelle Renée Bonnet, à Toulouse.

Nous avons eu l’honneur d’accueillir Anne Cordier qui a partagé sa réflexion sur la prise en compte des pratiques informationnelles des élèves dans les pratiques pédagogiques des professeurs documentalistes. Nous la remercions encore une fois chaleureusement.

L’intervention d’Anne Cordier a été suivie d’une « table ronde » animée par trois collègues professeurs documentalistes de l’académie, Marion Carbillet, Hélène Mulot et Marie Nallathamby. 

Le compte-rendu ci-dessous est en grande partie le fruit des notes d’Emmanuelle Mucignat, présidente de l’ANDEP et professeure documentaliste de notre académie. Nous la remercions également chaleureusement.

 

La journée a été ouverte par Danièle Amans, présidente de l’ADBEN Midi-Pyrénées. Suite à un présentation des interventions de la matinée, le partenariat entre l’ADBEN et l’ARDEP Midi-Pyrénées a été évoqué pour la construction d’une journée professionnelle commune en 2015/2016. Deux chantiers de la FADBEN ont été évoqués: celui du Wikinotions et celui de la publication Vers un curriculum en information-documentation. De même, les dates et le lieu du prochain congrès ont été rappelés aux collègues présents.

Intervention d'Anne Cordier

Afin d’introduire sa présentation, Anne Cordier a d’abord contextualiser  sa recherche-action  qui s’inscrit dans une approche sociale de l’information et pas dans une approche. didacticienne. Son objectif est de s’interroger, au delà des discours,  sur les imaginaires et les pratiques informationnelles des jeunes. La méthodologie de recherche employée se situe dans une recherche-action d’un an au sein d’ établissements scolaires, plus précisément dans un lycée où elle a été en immersion lors de séquences pédagogiques.

Observations sur les situations et les modalités opératoires  

Communication enseignants-enseignés

Quelle représentation les enseignants ont des pratiques des élèves ? De façon générale,  les enseignants ont le sentiment d’une pratique non maîtrisée, non distanciée qui serait davantage orientée sur les outils plutôt que sur l’information.

Quelle place donnent-ils à  la parole, à l’expression des pratiques de l’élève ? les élèves ont  conscience  d’avoir un feedback (rétroaction) dans leurs pratiques.

Grammaire documentaire 

Des situations artificielles de recherche engendrées par les professeurs documentalistes au service d’une démonstration verticale . Il s’agit de cadrer les apprentissages à tout prix en appliquant une grammaire documentaire issue des logiciels documentaires de type BCDI.

Ces situations artificielles se confrontent aux situations effectives, avec l’utilisation de Google par exemple. Usage (vocabulaire libre) qui se distingue de la grammaire documentaire issue de l’utilisation des logiciels documentaires (vocabulaire contrôlé)

Peur ? 

L’entrée dans Internet par les peurs et les dangers et son effet sur les représentations de l’expertise du professeur documentaliste par les élèves créée des situations qui décrédibilisent les professeurs documentalistes (on a peur de ce que l’on ne maîtrise pas).

L’entrée par les dangers d’Internet ne favorise pas le travail de créativité et d’appropriation des environnements numériques.

Pratiques et propositions d’action

Les pratiques d’interrogation des moteurs de recherche révèlent une fidélité des élèves à la consigne.

La solution est-elle de se replier sur le logiciel documentaire ? Non ! Cette solution vise à  asseoir la légitimité du professeur documentaliste car il propose une alternative à Internet. Le logiciel documentaire (BCDI, PMB) représente  notre terrain où « nous avons les pleins pouvoirs » et Google représenterait celui  des élèves.

Imiter ou créer de l’information ?

  • Exploitation d’un article de Wikipédia : entrer dans un article par les sources et références : en quoi ces sources sont-elles révélatrices de l’ancrage culturel d’un article de Wikipédia ?
  • Roman, ou le copié-collé créatif  – création d’un Mashup, exemple de consignes données par les enseignants :
    • Texte, image et son obligatoires
    • Au moins 1 référence du cours
    • Au moins 1 référence en dehors du cours (culture perso)
    • Document d’argumentation produit avec : les choix techniques, l’argumentation sur les sources, les références des films, le lien entre les figures héroïques…
  • Promouvoir la créativité info-communicationnelle

D’un environnement informationnel à un autre

  • Exploitation pour  le travail scolaire de l’environnement informationnel non formel
  • Pour un continuum de l’écosystème informationnel

Entre gestion de l’incertitude et affirmation de l’expertise 

  • Des apprentissages forts à soutenir : formaliser et revendiquer le vocabulaire au cours des apprentissages (différence entre site, portail, plateforme…)
  • Développer une culture technique pour une distanciation critique
  • Les savoirs info-documentaires participent des savoirs sur le monde
  • L’activité de recherche d’information : concevoir et expliciter que c’est une activité fondamentalement incertaine / activité aléatoire, jamais finie et anxiogène
  • L’incertitude, clé de voûte de l’enseignement de la recherche d’information : favoriser la posture de cheminement progressif
  • La posture du maître ignorant, mais plus encore… Le maître a une conscience plus importante de son ignorance que l’élève…
  • Pour une vision pro-active de l’information-communication : analyse des besoins, analyse des acquis ou présupposés acquis
  • Ne pas succomber à l’approche outils (comme les élèves, les professeurs documentalistes opèrent la même dérive lorsqu’ils favorisent le logiciel documentaire au détriment de Google)
  • Vers une approche communicationnelle et sociale des questions info-communicationnelles
 Table-ronde

« Le professeur documentaliste,  “chef d’orchestre” de situations d’apprentissage en EMI »

Marion Carbillet, Hélène Mulot et Marie Nallathamby , professeures documentalistes

L’idée principale est de faire de l’incertitude le levier de notre enseignement.
Constat: dépasser un enseignement artificiel, non transférable qui ignorerait les pratiques adolescentes. Rejet d’une course aux outils périssables.

Présentation de 3 parcours EMI intégrés dans les emplois du temps des élèves:

  • Quels gestes pour accueillir et réguler l’incertitude? (Marion Carbillet)

Des gestes créateurs de sens et faisant du lien avec la vraie vie (brainstorming, s’interroger sur les pratiques, prendre conscience des pratiques)

Des gestes qui positionnent le professeur documentaliste comme exepert en info doc com (apport de connaissance, aide à la conceptualisation en posant du vocabulaire..)

Des gestes qui régulent et individualisent les situations d’apprentissage (consignes, aide individuelle, validation d’étapes…)

  • Tendre vers des méthodes pédagogiques actives (Marie Nallathamby)

Rendre l’élève acteur: faire faire pour faire dire

Impliquer l’élève, le rendre acteur de son apprentissage

Accepter d’avoir des incertitudes sur les réactions et les réponses des élèves

Ajuster sa posture d’enseignant: observateur, évaluateur, médiateur, porteur de connaissances

  • Tisser une toile en commun autour de l’EMI: le pédagolab (Hélène Mulot)

S’appuyer sur les pratiques des élèves

Créer un espace d’échange prenant en compte les besoins de chacun

Mettre en œuvre une EMI distribuée et harmoniser les pratiques en développant un vocabulaire commun (par exemple autour du document de collecte)

 

 

Journée professionnelle de l’ADBEN Midi-Pyrénées – 5 février 2015 –

Chers collègues,

L’ADBEN Midi-Pyrénées organise cette année encore une journée professionnelle à destination des professeurs documentalistes de l’académie de Toulouse .

Elle aura lieu le jeudi 5 février 2015, de 9h à 17h au lycée professionnel Renée Bonnet, à Toulouse (1 allée du Lieutenant Lafay, BP 44374, 31 432 Toulouse Cedex 4).

La thématique retenue cette année sera: prendre en compte les pratiques informationnelles des élèves dans les pratiques pédagogiques, oui mais comment ? Nous accueillons cette année et  avec grand plaisir Anne Cordier!

Programme de la journée:

9h- accueil des participants (feuille d’émargement – attestation de présence si nécessaire)

Adhésions 2015

9h30- ouverture de la journée

10h00- Anne Cordier  (Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication,
Responsable du Master MEEF PRODOC [PROfesseur DOCumentaliste], Co-Responsable de la Mention IDC [Information Documentation Communication], membre de l’ANR TRANSLIT (Translittératies) Associée au Laboratoire PARAGRAPHE – Equipe INDEX Université de Rouen Plus d’info ici et à suivre sur twitter ici et ici!)

11h00 : Table Ronde animée par Marie Nallathamby, Marion Carbillet, Hélène Mulot, professeures documentalistes.

– …………………………………………………………….

12h15 Repas au restaurant d’application du lycée (inscription préalable) menu 15 € à régler par chèque au moment du repas

14h-15h : Assemblée Générale :

  • Rapport moral (bilan d’activités académique et national 2014; Congrès 2015)
  • Rapport financier (bilan adhésions 2014)
  • Renouvellement du Bureau académique , appel à candidature
  • Échanges, discussions, perspectives pour 2015

15h00- 17h00 Visite proposée dans un des lieux culturels suivants : Musée des Abattoirs, Musée Georges-Labit, Musée Dupuy

Toutes les inscriptions (participation à la journée, inscription au repas, participation à l’AG, visite d’un lieu culturel) se font à partir d’un framadate dont l’adresse vous a été communiquée via les listes de diffusion départementale.

Pour les non adhérents à l’ADBEN Midi-Pyrénées, une participation pour les frais d’organisation de 5 € sera demandée.

Si vous souhaitez recevoir l’adresse du lien vers le framadate, utilisez le formulaire de contact ci-dessous:

Une information concernant cette journée a été transmise aux secrétariats des collèges et lycées de l’enseignement public et privé de l’académie. La participation a cette journée nécessite une demande d’autorisation d’absence auprès de votre chef d’établissement.

 

Réaction de l’ADBEN Midi-Pyrénées au texte de cadrage de la politique documentaire académique 2014/2015

Ci-dessous, la réaction de l’ADBEN Midi-Pyrénées à la politique documentaire académique 2014/2015 et au courrier d’accompagnement destiné au chef d’établissement daté du 25/08/2014.

____________________________________________________________________________________________________________

Toulouse, le 16 Octobre 2014

Madame la Rectrice de l’Académie de Toulouse,

Nous, membres du bureau académique de l’ADBEN Midi-Pyrénées, tenons à vous faire part de notre lecture critique du texte de cadrage définissant la politique documentaire académique 2014/2015 ainsi que de votre courrier daté du 25 août 2014 relatif à cette même politique adressé aux chefs d’établissements.

En préambule, nous regrettons que ce courrier concernant en premier lieu le professeur documentaliste soit adressé uniquement au chef d’établissement.

La première question fondamentale que nous souhaitons aborder est celle de l’inscription de l’EMI dans la politique documentaire académique en tant que prescription institutionnelle. La mise en place de ce dispositif ne peut se faire sans heurt avec la velléité des professeurs documentalistes à être autonomes dans leurs pratiques pédagogiques. De plus, dans un paragraphe consacré à la posture pédagogique de notre profession, cela semble restrictif au vue des actions pédagogiques menées par les enseignants documentalistes qui participent à l’EMI, certes, mais pas seulement. Qu’en est-il alors de l’enseignement- apprentissage des savoirs en information-documentation ? Nous ne pouvons être de simples guides, accompagnateurs des élèves dans « la production d’un travail personnel », des aidants dans l’accès à l’autonomie.

Ce texte reconnaît le rôle pédagogique des professeurs documentalistes pour, hélas, mieux le renier en parlant du renforcement du rôle de médiateur dans les apprentissages de la culture de l’information ainsi que de « l’expérimentation de nouveaux modes de collaboration entre C.P.E. et professeurs documentalistes » qui ont pour objectif sous-jacent d’assurer la « continuité de l’accès aux ressources documentaires sur le temps scolaire ». Comment, en effet, remplir correctement notre rôle pédagogique :

a) si nous sommes dessaisis de la gestion du support didactisé que représente le CDI ? Nous sommes pédagogues quand nous constituons nos collections et que nous organisons leur mise à disposition ainsi que lorsque nous accueillons les élèves et que nous leur apprenons à accéder aux ressources papier ou numériques.

b) et surtout si le C.D.I. se retrouve transformé régulièrement en salle d’étude supplémentaire  avec le risque d’une dégradation ou d’une disparition de nombreux ouvrages papier, et d’une utilisation inappropriée du réseau informatique, et des ressources numériques?

Nous pensons que la question sous-jacente de l’ouverture du C.D.I. sur l’intégralité du temps scolaire doit être résolue non pas en cherchant à l’intégrer à la Vie Scolaire, et en faisant appel à son personnel, mais en créant des postes de professeurs documentalistes au CAPES en nombre suffisant. La reconnaissance de nos heures d’enseignement (décret du 20 août 2014) ne changera rien à ce contexte car si, dans une logique de vie scolaire, le C.D.I. pourra être considéré comme étant fermé, dans une logique pédagogique, il sera ouvert dans le cadre d’un travail avec une classe, le professeur documentaliste offrant aux élèves une réelle formation en information-documentation.

Pour conclure sur l’inscription du Centre de Connaissances et de Culture dans la politique documentaire académique, nous attirons votre attention sur le fait que ce modèle reste expérimental et qu’il est loin de remporter l’adhésion de l’ensemble de la profession. Il est donc inquiétant que le CDI soit intégré dans ce dispositif dans un texte de cadrage, quand bien même serait-il académique.

L’autre question fondamentale abordée dans votre texte concerne le dispositif de formation. Nous craignons de voir « s’étoffer » les propositions de formation à distance au détriment à plus ou moins long terme de l’offre de formation en présentiel. Sans être contre une complémentarité des dispositifs de formation, nous attirons votre attention sur le fait que les formations en présentiel sont essentielles à la profession. De plus, les formations à distance ne peuvent être proposées uniquement en dehors des 30+6 heures du temps de service des enseignants documentalistes, les heures consacrées à l’auto-formation impactant déjà ce temps hors-service.

« Les spécificités du contexte territorial » sont clairement prises en considération dans ce texte de cadrage académique, mais elles ne doivent en aucun cas être un prétexte à l’abandon progressif des formations en présentiel, qu’il s’agisse du PAF ou des JDD.

Pour conclure, nous notons dans ce texte de cadrage académique des paradoxes entre, d’une part, la volonté affirmée de reconnaissance de la posture enseignante du professeur documentaliste contredite par sa place de médiateur, et d’autre part, la place des Centre de Connaissances et de Culture, qui, en leur qualité de modèle expérimental, ne recueillant pas l’adhésion de tous, pose problème dans cette politique documentaire académique .

Dans ce contexte, l’application du décret du 20 août 2014 à la rentrée scolaire 2014/2015 pose déjà nombre de questions… Et nous ne manquerons pas de revenir vers vous à ce propos.

Veuillez agréer , Madame, nos distinguées salutations.

Danielle Trouilh

Présidente de l’ADBEN Midi-Pyrénées

pour le bureau académique

(Le courrier de l’ADBEN à Mme la Rectrice en version pdf)

_______________________________________________________________________________________________________

Nous souhaitons également mettre en avant l’initiative de collègues professeurs documentalistes du Lot. Ils ont adressé un premier courrier adressé à Mme la Rectrice accompagné d’une pétition à destination de l’ensemble des collègues de discipline des établissements scolaires de l’académie et un deuxième courrier, plus catégoriel et destiné à M. l’Inspecteur IA-IPR vie scolaire et portant signature de nombreux collègues professeurs documentalistes de l’académie.

Courrier à Madame la Rectrice et pétition NSF:

Sur la « continuité de l’accès aux ressources documentaires sur le temps scolaire », telle qu’évoquée dans la circulaire rectorale en date du 25 août 2014.
Les enseignants du . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à Madame la Rectrice de l’Académie de Toulouse

La mise en réseau informatique, aujourd’hui généralisée à l’ensemble des établissements, permet déjà aux élèves d’accéder, non seulement sur le temps scolaire, mais également sur le temps extrascolaire à l’intégralité des ressources numériques sélectionnées ainsi qu’au catalogue.
Transformer le CDI en salle d’étude supplémentaire …
– conduirait à la dégradation ou à la disparition de nombreux ouvrages du fonds papier, comme l’ont montré « les expériences déjà engagées dans l’académie » et ailleurs
– aurait pour conséquence l’impossibilité pour les enseignants d’assurer des séquences pédagogiques au CDI (travaux de recherche accompagnés, activités autour de la lecture, etc)
– ne permettrait plus aux élèves de bénéficier systématiquement de l’expertise du professeur-documentaliste dans l’accès aux ressources, notamment papier.

Des contraintes budgétaires que nous déplorons font que le nombre de postes offerts aux concours de documentaliste ne permet pas toujours l’ouverture du CDI sur l’intégralité du temps scolaire, cependant, nous estimons que la banalisation du lieu et sa simple surveillance par des personnels non formés créerait une situation encore plus préjudiciable sur le plan pédagogique.

Le Courrier à la rectrice et pétition NSF  en pdf

Courrier à Monsieur l’inspecteur IA-IPR vie scolaire:

Monsieur,
Vous n’êtes pas sans savoir que le concept du 3C est loin de susciter l’enthousiasme de la profession. Les modalités d’ouverture du CDI sont bien souvent une source de conflits avec les services de Vie scolaire et c’est au prix d’un véritable bras de fer que, dans beaucoup d’établissements, le professeur documentaliste est parvenu à faire du CDI autre chose qu’une salle de permanence informatisée. Vous comprendrez aisément dans ce contexte notre incompréhension et notre inquiétude à la lecture de la Politique documentaire académique. Comment faut-il comprendre notamment la préconisation du « décloisonnement des espaces de vie scolaire, salles de permanence, CDI » ? La circulaire rectorale en date du 25 août 2014 apporte des précisions peu encourageantes pour la profession : « il est nécessaire que soit assurée la continuité de l’accès aux ressources documentaires sur le temps scolaire », autant dire que le fait même de faire des cours au CDI est remis en cause à partir du moment où le lieu est fermé aux élèves de la permanence.

D’autre part, le décret n°2014-940 du 20 août 2014 relatif aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants exerçant dans un établissement public d’enseignement du second degré précise dans son article II que le service des professeurs documentalistes « peut comprendre, avec accord de l’intéressé, des heures d’enseignement. Chaque heure d’enseignement est décomptée pour la valeur de deux heures pour l’application du maximum de service prévu à l’alinéa précédent ». S’il nous semble normal que notre enseignement soit décompté de la même manière que pour les collègues d’autres disciplines, la publication de ce décret alors que le taux de recrutement des professeurs documentalistes ne permet pas de compenser la fermeture du CDI aura pour corollaire des tensions accrues avec les services de Vie scolaire. Dans ce contexte, il nous semble évident que la Politique documentaire académique sera comprise par les chefs d’établissement comme une carte blanche pour ouvrir le CDI en notre absence et sans aucune restriction. Notre inquiétude est grande et les garanties que semble être en mesure de nous offrir le concept du 3C fort minces…
– Qui ouvrira le CDI en l’absence du documentaliste?
– Qu’en est-il de la médiation pédagogique dans l’accès aux ressources quand l’accueil des élèves est assuré par des personnels précaires et non formés à la didactique de l’EMI?
– Sous quelles conditions les responsabilités dévolues au professeur documentaliste par l’arrêté du 1er juillet 2013 relatif au référentiel de compétences des métiers du professorat peuvent-elles faire l’objet d’une délégation ?

Autant de questions dont nous souhaitons pouvoir débattre librement dans le cadre des Journées départementales des documentalistes.
Veuillez croire, Monsieur, en notre implication au service de la réussite des élèves.

Le courrier à l’inspecteur IA-IPR vie scolaire en pdf

 

Journée professionnelle ADBEN / Snes du 8 avril 2014

La journée professionnelle académique organisée conjointement par l’ADBEN Midi-Pyrénées et le SNES académique s’est déroulée le mardi 8 avril 2014 au lycée hôtelier de l’Occitanie à Toulouse.

Voici un compte-rendu de cette journée, accompagné des supports de présentation des intervenants.

Intervention de Julien PIERRE « Une éducation à la présence numérique« 

Julien PIERRE est enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire GRESEC (Université de Grenoble-Alpes)

Dans le titre de la présentation, il est question de présence numérique, et non pas d’identité numérique.

Louise Merzeau dépasse le concept d’identité numérique en évoquant celui de présence numérique. La problème du concept d’identité numérique est souvent biaisé car souvent évoqué  dans un discours relevant du marketing. On parle de « personal branding« , où on observe un risque fort de basculement vers une considération unique de l’identité marchande et publicitaire.

Le concept de présence numérique considère plus particulièrement la présence sur les réseaux, ce qui concerne « la vie en ligne » qui s’inscrit dans une temporalité, dans un durée. En celle elle s’apparente à notre vie réelle, où les traces s’estompent avec le temps, car le temps a passé. La séparation entre le réel et le virtuel tend à être dépassée et on observe une continuité entre le hors-ligne et le en ligne.  Il n’en va pas de même sur le Web: la distance temporelle n’est pas prise en compte.

Julien Pierre précise qu’il y a une imbrication entre le social et le numérique avec les réseaux sociaux. Ces pratiques sont sensiblement les mêmes entre les jeunes (collégiens, lycéens…) et les jeunes adultes (étudiants).

Julien Pierre propose dans son intervention de partir des pratiques des jeunes, avant de réfléchir aux approches pédagogiques.

Quelles activités sociales des jeunes?

Il existe différentes activités sociales numériques, dont deux principales:

  • Les activités phatiques: il s’agit d’activités de contact, d’échanges (exemples: les pokes sur facebook, les SMS…)
  • Les activités de coordination: elles ont pour but de faciliter les activités de la vie quotidienne (professionnelle ou personnelle ou domestique)
  • Les activités de coopération: elles nécessitent une définition des rôles de chacun.
  • Les activités de collaboration: qui nécessitent une négociation des rôles.

Les activités sociales numériques sont soumises à la question du rôle défini par les autres.La présence numérique implique une présentation de soi par le biais d’avatars, de profils, et plus récemment de selfies. Selon Dominique Cardon, on est dans la culture du cool où la détente et le cool devienne une obligation, une dictature.

On observe également une mécanique réputationnelle qui est normée par le jeu social et par l’interface proposée par un dispositif numérique (les fils d’actualités facebook, twitter, linkedin, instagram, snappchat diffèrent et ne propose pas la même « expérience »). Cette mécanique réputationnelle entraîne également de la part des individus un choix de ces dispositifs numériques en fonction de leur conviction, esprit critique vis à vis des outils.

On observe également des stratégies d’évitement de la figuration en ligne: on peut volontairement fausser les données nous concernant (date de naissance …) pour détourner, déjouer les algorithmes ( à défaut de pouvoir les détourner d’un point de vue mathématiques, on les détourne de manière sociale). Lorsqu’un blog, un profil ne correspond plus à sa perception de sa présence numérique, qu’un individu est dépassé par la maîtrise de ses traces, il procède à la stratégie de la mue et du lièvre: il l’abandonne (ferme ou quitte sans effacer) et en créé un autre, où il pourra éventuellement limiter davantage son audience, la cibler… A ce propos on pourra consulter l’ouvrage en ligne De Danah Boyle It’s complicated (en anglais)

Le Web est le seul espace sans surveillance et il est important qu’il soit un espace de bienveillance et non pas seulement de surveillance pour l’intersubjectivation, pour tester une façon d’être au monde. Certaines personnes ont davantage besoin d’un cadre privatif que d’un cadre participatif. C’est le cas notamment des marginaux pour qui le Web est souvent le seul espace d’expérimentation individuel. (Voir l’article de Julien Pierre The nymwars du 12/08/2011 et sa thèse Le cadre privatif: des données au contexte. Approche inter-dimensionnelle des enjeux de médiation de la vie privée.)

Sur le Web il est important de distinguer de la masse où la singularité devient la norme. On y explore des champs thématiques, on y partage des connaissances, ses centres d’intérêts, on s’y voit attribuer un rôle. En terme de partage, les communautés virtuelles tendent à s’externaliser IRL (in real life) par la ritualisation de rencontres en face à face  (apéroweb, twapéro…)

Quelles approches pédagogiques?

La question des risques est importante. Livrer des informations sur soi entraîne des risques lourds (cyberharcèlement, usurpation d’identité…) mais ils sont statistiquement faibles. Ils nécessitent malgré tout une anticipation, mais selon quelle(s) approche(s) pédagogiques?

  •  La pédagogie de la promesse reprend la philosophie 2.0 ou l’angélisme 2.0, mais la question des risques est mise de côté.
  • La pédagogie par la peur où les actions sont souvent menées par des représentants des forces de l’ordre. Ces interventions sont certes porteuses de bons conseils, mais le discours de diabolisation qui les accompagne met de côté la dimension fondamentale des pratiques. On observe aussi des interventions de plus en plus fréquente d’entreprises dans ces interventions. (Voir par exemple le permis Internet Axa et la prise de position de la FADBEN à ce sujet « Un permis Internet à contre-sens« )

Que peut-on alors proposer? Julien Pierre  suggère de considérer le Web comme un espace d’appropriation, d’habitation.

  • Une appropriation de l’espace numérique: il y a une appropriation de l’espace numérique par les individus où certains peuvent être exclus. On dit « ma page facebook » « viens pas pourrir mon mur ». Le lieu est rendu accueillant, et on y retrouve la notion d’hospitalité (R. Casali). On ose prêter son matériel aux autres, on épingle sur Pinterest comme nos parents punaisés sur le mur de leur chambre, au-dessus de leur bureau. On singularise son espace numérique. Selon Louise Merzeau, on peut parler d’aménagement, de décoration intérieure. S’approprier le Web, c’est aussi se construire une vie transmédiatique. Le transmédia peut être désigné comme une pratique scénaristique, où le récit d’une histoire fictionnelle ou documentaire est distribuée sur plusieurs canaux. On a l’idée de construction du récit de sa vie dans plusieurs lieux numériques. On peut illustrer ce propos par une publicité pour Google Chrome « Dear Sophie« 

  •  Habiter le Web: on peut se référer à l’image de la bulle de D. Boullier. Dans cette bulle, on trouve un ensemble de composants identitaires qui vont en façonner les parois.  Dans cette bulle on retrouve l’identité par les vêtements, puis au XIX ème par l’habitation, par l’habitacle de la voiture au XX ème siècle.. On retrouve aujourd’hui cette bulle dans l’habitèle qui est une bulle instrumentale dans un espace moderne. On peut ici citer l’exemple du téléphone portable (Voir théorie sur le néo-document de J.-M Salaün). Sur le Web il y a une imbrication des registres d’actions.

Si les usagers habitent le Web, faut-il avoir peur de l’endroit où on vit? Il faut aménager ces espaces de vie numérique, y prévoir un espace d’épanouissement et d’autonomisation pour l’enfant, y faire évoluer les règles en fonction de leur âge. (A ce propos on pourra lire ou relire l’article Comment parler d’Internet aux adolescents paru sur Docs pour docs en février 2014)

Toutes ces choses que l’on pense dans l’espace urbain ou domestique doivent être transposées aux espaces numériques.

Comment s’apprend la vie dans les espaces publics et sociaux « réels » et par comparaison comment s’apprend la vie privée et la vie numérique?

  • La temporalité: on peut se placer dans une construction viscérale, une construction par la pédagogie de la peur, par l’ancrage corporel de règles de conduite. Cependant dans la vie réelle, par exemple en voiture, les risques sont réels. En ce qui concerne la vie privée, les risques sont plus symboliques, mais l’ancrage corporel existe quand même. Il y a aussi une construction par la pudeur qui répond à des règles de pure convention sociale.
  • Le contexte: la présence numérique est une question de contexte et il est important de conserver l’intégralité de la contextualité de la vie privée.

La translitteratie, pour un usage raisonné des médias

La translitteratie se définit par la transversalité dans les démarches de recherche, le transfert dans différents contextes informationnels et par le transferts des acquis du cadre scolaire vers d’autres sphères sociales. (Voir La translitteratie ou la convergence des cultures de l’information: supports, contextes, modalités de Vincent Liquète, Eric Delamotte et Divina Frau Meigs)

Julien Pierre propose de développer une littératie de la vie privée et de l’identité numérique.

Pour envisager une éducation robuste à l’identité numérique il faut articuler la pratiques sociales, les outils et leur évolution, la temporalité, les dispositifs, les stratégies…

La question de l’apprentissage du code: malgré de nombreux appels pour l’apprentissage du code informatique, celui-ci est insuffisant. Selon Julien Pierre, il serait plus intéressant de développer un apprentissage à la sémantique du Web, au langage HTML.

Il faut penser un curriculum comme un programme scolaire sur l’écriture de la vie, dont la réflexion doit être pluridisciplinaire. Il énonce quelques pistes pédagogiques: des travaux de discussion, des travaux de création, l’utilisation de serious game, la formation aux dispositifs numériques, la sensibilisation aux lois, la présentation des acteurs économiques…

Document d’accompagnement: Diaporama de présentation Julien PIERRE

 Intervention de Karen CHABRIAC « Identité numérique: réflexion sur les approches pédagogiques« 

Karen Chabriac introduit son intervention par la mention d’un article de Florian Dauphin « Culture et pratiques numériques juvéniles: quels usages pour quelles compétences? » paru dans le volume 7 n°17 de la revue Questions vives de 2012  où il est fait état d’un décalage entre la culture numérique juvénile et la culture numérique scolaire.

Elle rappelle que la notion de vie privée est constitutive du droit français (article 9 du Code civil)  qui y apporte des réponses juridiques. Cependant la question peut se poser lorsqu’il y a un dévoilement volontaire de soi.

Quelles sont les traces que nous laissons? Karen Chabriac précise la catégorisation des traces: les traces explicites (qui sont du domaine d’un dévoilement volontaire) et les traces implicites (qui sont laissées par un utilisateur dans une application informatique).

Le cadre pédagogique propose d’évaluer les travaux pédagogiques des élèves sur la question des traces avec le B2i. Cependant, elle rappelle que ce dernier propose une approche particulière et peu réflexive. Avec le B2i on est dans du savoir-faire et les connaissances ne sont pas prises en compte. On peut également faire la rapprochement avec le pilier 6 du socle commun  (compétences sociales et civiques).

Karen Chabriac fait ensuite un rapprochement entre l’identité numérique et l’éducation à la citoyenneté car les deux mettent en avant des valeurs démocratiques, des compétences éthiques (des choix de valeurs), des compétences sociales liées à l’action (la capacité à vivre avec les autres, à intervenir dans le débat public).

Il faut nécessairement trouver un équilibre entre le respect de la vie privée et le respect de soi.

Présentation de l’outil Wolfram Alpha qui propose une fonctionnalité facebook report.

Karen Chabriac propose une carte mentale des objectifs qu’on peut poursuivre et qui se décline en 8 objectifs principaux et 20 objectifs spécifiques potentiels à suivre. Celle-ci sera publié ultérieurement.

En terme de scénarios pédagogiques existants, plusieurs approches peuvent être dégagées:

– « Je publie, je réfléchis »

– La persistance des traces

– La sécurisation des données, des comptes, la connaissance des outils

– Distinction entre sphère publique et sphère privée

– « Valorisation » de la présence (voir les réflexions de L. Merzeau sur les réseaux sociaux professionnels)

– Les réseaux sociaux vus comme des outils et des objets d’apprentissage. Dans cette approche on peut citer le défi Babelio dont l’objectif d’apprentissage sous-jacent est la lecture.

Intervention de Vassilia Margaria « Pour un curriculum info-documentaire« 

Vassilia Margaria est professeure documentaliste, militante au SNES-FSU de Nice et membre du groupe national Documentation de 2005 à 2012. Elle développe une réflexion autour de la notion de curriculum en information-documentation. Pour compléter ce compte-rendu, lire en ligne l’article Curriculum info-documentaire: émergence d’un concept, d’Elodie Cutrona et Vassilia Margaria paru dans le Médiadoc N°10 de mai 2013)

Dans un premier temps, il est rappelé que la question du curriculum est une problématique commune au SNES et à la FADBEN. Vassilia Margaria précise qu’à ce sujet, le SNES s’intéresse aux contenus d’apprentissage via le secteur « contenus » dont fait partie le groupe documentation.

La question d’un curriculum info-documentaire a été portée en France par Jean-Louis Charbonnier à la fin des années 90, qui était alors formateur à l’IUFM de Nantes, membre de la FADBEN et co-responsable du groupe national documentation au SNES-FSU.

Vassilia M. a ensuite énuméré les évènements importants  sur la question curriculaire:

  • En 2003, les assises nationales pour l’Éducation à l’Information font émerger la notion de curriculum et l’importance d’identifier des savoirs et des savoirs faire. Voir ici la contribution de J.-L. Charbonnier.
  • En 2006 création de l’ERTÉ Culture informationnelle et curriculum documentaire.
  • En 2009, le congrès national du SNES à Perpignan aboutit à la demande de la constitution d’un groupe de travail autour de la cette question curriculaire.  L’intégration d’une réelle formation à l’information-documentation par les professeurs documentalistes en collaboration avec les enseignants d’autres disciplines dans les programmes est demandée et revendiquée.
  • En 2011, le SNES est reçu en audience à l’IG EVS. Le PACFI est considéré comme une occasion manquée.
  • En 2012:Congrès national du SNES à  Reims « L’enseignement de l’information documentation en interdisciplinarité doit être conforté sous la forme d’un curriculum de la Sixième à la Terminale, dont le professeur documentaliste a la responsabilité : la transmission des notions et compétences info-documentaires lui revient tandis qu’un enseignant d’une autre discipline peut, dans ce cadre, travailler un objet de son programme . » (http://www.snes.edu/Les-mandats-sur-l-enseignement-de.html) / Consultation sur la refondation de l’École.
  • mars 2014: lettre ouverte aux membres du Conseil supérieur des programmes pour l’intégration disciplinaire de l’information-documentation.Le SNES espère la mise en place d’un groupe de travail sur un curriculum info-documentaire à la rentrée 2016.

Si la culture informationnelle est un volet indispensable de la culture commune, il y a nécessité de réfléchir aux modalités de son acquisition par tous les élèves. Vassilia M. rappelle pour le SNES qu’un plan pluriannuel de recrutement et qu’un taux d’encadrement correct en professeur documentaliste sont nécessaires.

Sur la question curriculaire on se reportera également au Médiadoc numéro 10 Pour un curriculum en information-documentation.

Merci à Virginie Calvet pour la mutualisation de ses notes pour l’intervention de Vassilia Margaria.